presse

Participation à l’émission “Club Europe” sur LN24, le 23 septembre 2021.

September 23rd, 2021 by Charles Goerens

article picture

Bréissel, den 23 September 2021

category: , ,

Interview um 100,7

September 19th, 2020 by Charles Goerens

article picture

Lëtzebuerg 22/09/2020

Eng Analys vun der Kommissiounspresidentin Ursula Von der Leyen hirer Ried zur Lag vun der Unioun. E Reportage vum Danièle Weber um 100,7.

Eng Analys vun der Kommissiounspresidentin Ursula Von der Leyen hirer Ried zur Lag vun der Unioun. E Reportage vum Danièle Weber um 100,7.

category: , , , , ,

RTL Interview

September 15th, 2020 by Charles Goerens

article picture

Lëtzebuerg 15/09/2020

De politesche Programm ass momentan gutt gefëllt. Am RTL Interview de Moien hunn mir net nëmme d’Covid19 Pandemie diskutéiert, mee och aner politesch Themen déi am Moment vun zentraler Wichtegkeet sinn, national an international. Den Interview mam Frank Goetz fannt dir hei.

De politesche Programm ass momentan gutt gefëllt. Am RTL Interview de Moien hunn mir net nëmme d’Covid19 Pandemie diskutéiert, mee och aner politesch Themen déi am Moment vun zentraler Wichtegkeet sinn, national an international. Den Interview mam Frank Goetz fannt dir hei.

category: , , ,

Interview um 100,7

September 11th, 2020 by Charles Goerens

article picture

Bréissel 11/09/2020

Och déi éischt Session en plénière vum Europaparlament nom Summer gëtt wéinst der Covid19 Pandemie weiderhin zu Bréissel ofgehale, opwuel de Siège dem Traité no zu Stroossbuerg ass. Fannt dozou e Bäitrag vum Danièle Weber um 100,7.

Och déi éischt Session en plénière vum Europaparlament nom Summer gëtt wéinst der Covid19 Pandemie weiderhin zu Bréissel ofgehale, opwuel de Siège dem Traité no zu Stroossbuerg ass. Fannt dozou e Bäitrag vum Danièle Weber um 100,7.

category: , , ,

Rechtsstaatlechkeet a Bulgarien – RTL Interview

September 7th, 2020 by Charles Goerens

article picture

Lëtzebuerg 07/09/2020

Säit zwee Méint protestéieren d’Bierger a Bulgarie géint Korruptioun a fir de Respekt vun der Rechtsstaatlechkeet. Et ass dëst nach e Beispill, dass sech d’Memberstaaten mussen op kloer Reegele verstännege fir de Rechtsstaat dauerhaft duerchzesetzen. Lauschtert dozou mäin Interview mam Bill Wirtz um RTL.

Säit zwee Méint protestéieren d’Bierger a Bulgarie géint Korruptioun a fir de Respekt vun der Rechtsstaatlechkeet. Et ass dëst nach e Beispill, dass sech d’Memberstaaten mussen op kloer Reegele verstännege fir de Rechtsstaat dauerhaft duerchzesetzen. Lauschtert dozou mäin Interview mam Bill Wirtz um RTL.

category: , , ,

EU- Finanzstreit – Sommet zu Bréissel – Juli 2020

July 21st, 2020 by Charles Goerens

article picture

Bréissel 21/07/2020

Mat Methode vu gëschter sinn d’Problemer vu muer mam beschte Wëllen net ze léisen. Dat hei kéint elo d’Stonn vum Europaparlament ginn, wann et den Doudegriewer vum Rechtsstaat d’rout Kaart weist. Mir brauche Berechebarkeet, Planungssécherheet ouni de Rechtsstaat ze ënnergruewen. Fannt dozou e Bäitrag vum Bill Wirtz am RTL Replay an eng Reportage vum Jeannot Ries.

Mat Methode vu gëschter sinn d’Problemer vu muer mam beschte Wëllen net ze léisen. Dat hei kéint elo d’Stonn vum Europaparlament ginn, wann et den Doudegriewer vum Rechtsstaat d’rout Kaart weist. Mir brauche Berechebarkeet, Planungssécherheet ouni de Rechtsstaat ze ënnergruewen. Fannt dozou e Bäitrag vum Bill Wirtz am RTL Replay an eng Reportage vum Jeannot Ries.

category: , ,

Artikel am Wort zum EU-Finanzstreit

July 13th, 2020 by Charles Goerens

article picture

Bréissel 13/07/2020

An der zweeter Juliswoch 2020 sinn d’EU Staats-a Regierungscheffen zesumme komm fir iwwer den nächste Budget ze beroden. De Propos, deen de Rotspresident Charles Michel am Juni op den Dësch geluecht huet, ass bei wäitem net ambitiéis genuch, fir datt d’EU de Wee aus der Kris ka fannen. D’EU-Parlament dierf net bereet sinn, e schwaache Kompromëss z’akzeptéieren, a muss noutfalls säi Veto aleeën. Fannt dozou een Artikel vum Diego Velazquez am Lëtzebuerger Wort.

An der zweeter Juliswoch 2020 sinn d’EU Staats-a Regierungscheffen zesumme komm fir iwwer den nächste Budget ze beroden. De Propos, deen de Rotspresident Charles Michel am Juni op den Dësch geluecht huet, ass bei wäitem net ambitiéis genuch, fir datt d’EU de Wee aus der Kris ka fannen. D’EU-Parlament dierf net bereet sinn, e schwaache Kompromëss z’akzeptéieren, a muss noutfalls säi Veto aleeën. Fannt dozou een Artikel vum Diego Velazquez am Lëtzebuerger Wort.  

category: , ,

RTL Interview: Enquête zu Ischgl

June 12th, 2020 by Charles Goerens

article picture

Lëtzebuerg 12/06/2020

Fannt hei eng Reportage vum Bill Wirtz um RTL iwwert meng Initiative am Europaparlament eng Enquête ze lancéieren déi opklären soll a wéi enge Punkten d’Autoritéiten zu Ischgl falsch gehandelt hunn an wéi et zu sou enger Infektiounswell konnt kommen.

Fannt hei eng Reportage vum Bill Wirtz um RTL iwwert meng Initiative am Europaparlament eng Enquête ze lancéieren déi opklären soll a wéi enge Punkten d’Autoritéiten zu Ischgl falsch gehandelt hunn an wéi et zu sou enger Infektiounswell konnt kommen.

category: , , ,

Interview am Lëtzebuerger Journal

May 20th, 2020 by Charles Goerens

article picture

Lëtzebuerg 20/05/2020

Ee Joer no den Europawalen, hunn ech mam Lëtzebuerger Journal driwwer geschwat, wat mech an deem Joer am meeschte gepräägt huet, a wat déi gréissten Erausfuerderunge vun der EU sinn.

Ee Joer no den Europawalen, hunn ech mam Lëtzebuerger Journal driwwer geschwat, wat mech an deem Joer am meeschte gepräägt huet, a wat déi gréissten Erausfuerderunge vun der EU sinn.

category: , , ,

Article sur l’UE dans le Journal

May 6th, 2020 by Charles Goerens

article picture

Bruxelles 06/05/2020

“Si ses recettes pour la période post COVID n’ont pas de prix, elles ont néanmoins un coût. Nous allons devoir le payer pour garantir aux générations futures une vie dans des sociétés ouvertes, prospères, libres, tolérantes et solidaires.” Voici ma position sur le rôle de l’UE dans ces temps de crise.
“Si ses recettes pour la période post COVID n’ont pas de prix, elles ont néanmoins un coût. Nous allons devoir le payer pour garantir aux générations futures une vie dans des sociétés ouvertes, prospères, libres, tolérantes et solidaires.” Voici ma position sur le rôle de l’UE dans ces temps de crise.

category: , , ,

Europawahlen 26. Mee 2019

February 8th, 2019 by Charles Goerens

article picture

Europawahlen 26. Mee 2019

Wann Dir zu Lëtzebuerg wunnt an awer net d’Lëtzebuerger Nationalitéit hutt, kënnt Dir awer un de Wale fir d’Europaparlament deelhuelen.
Dir musst just d’Nationalitéit vun engem vun de 27 EU-Memberstaate hunn.
An deem Fall kënnt Dir Iech op d’Wallëscht androen.
Dofir ginn et zwou Méiglechkeeten
1) Dir kënnt Iech op der Internetsäit echkawielen.lu androen oder
2) Dir gitt op är Gemeng an drot Iech do an
Dir hutt Zäit bis den 28ten Februar 17h00. Loosst dëst Geleeënheet net ongenotzt a maacht Gebrauch vun äre Biergerrechter.

Link: https://jepeuxvoter.public.lu/lb.html

Version française: https://youtu.be/xs2b6vA2lVU

Vous voulez participez aux élections européennes au Luxembourg?
Si vous n’êtes pas Luxembourgeois mais citoyen d’un État membre de l’Union européenne vous pouvez vous faire inscrire sur la liste électorale de votre commune de résidence.
Vous pouvez le faire de deux façons jusqu’au 28 février à 17h00
1) Via internet sur le site jepeuxvoter.lu ou
2) à la mairie de votre commune
Profitez de cette opportunité et faites valoir vos droits civiques dans l’intérêt de l’Europe le 26 mai prochain.

Link: https://jepeuxvoter.public.lu/fr.html

Deutscher Text: https://youtu.be/rf9BIj08_jQ

Sie möchten an den Europawahlen teilnehmen, sind jedoch kein Luxemburger. Wenn Sie Bürger eines EU-Mitgliedstaates sind können Sie sich dennoch in das Wählerverzeichnis eintragen lassen.
Sie können dies auf zwei Arten bis zum 28. Februar um 17:00 Uhr tun:
1) per Internet auf der Website ichkannwaehlen.lu oder
2) im Rathaus Ihrer Gemeinde
Nutzen Sie diese Gelegenheit und setzen Sie sich am 26. Mai im Interesse Europas für Ihre Bürgerrechte ein.

Link: https://jepeuxvoter.public.lu/de.html

English Version: https://youtu.be/fozZkJpoG78

Would you like to vote in the European elections on 26 May? You really should.
If you are a national of the 27 Member States you can register to vote in your municipality by 5pm 28 February.
There are two ways you can do this:
1) register online via the website: icanvote.lu
2) in your district’s or municipality’s town hall.
Use your voice. Get out and vote.

Link: https://jepeuxvoter.public.lu/en.html

Versão em português: https://youtu.be/QxeSQpeD7yM

É cidadão de um dos 27 Estados-Membros da União Europeia? Como residente Luxemburguês, poderá participar nas eleições Europeias no próximo de 26 de Maio. Inscreva-se até às 17 horas de 28 de fevereiro através do website eupossovotar.lu ou diretamente no centro de registro do seu município.O seu voto contribuirá para fazer a diferença.

Link: https://jepeuxvoter.public.lu/pt.html

Versión en español: https://youtu.be/XgiMG5p-n0E

¿Quieren participar en las elecciones europeas en Luxemburgo? Si no eres luxemburgués sino ciudadano de un Estado miembro de la Unión Europea, pueden registrarse en la lista de electores de su municipio de residencia. Pueden hacerlo de dos maneras hasta el 28 de febrero a las 17.00 horas.
1)por Internet en el sitio de Internet: jepeuxvoter.lu o
2)en el ayuntamiento de su municipio.
Aprovechen esta oportunidad y hagan uso de sus derechos civiles en el interés de Europa el 26 de mayo que viene.

Link: https://jepeuxvoter.public.lu/fr.html

Versione italiana: https://youtu.be/6tWYCwNmjAY

Ti piacerebbe partecipare alle elezioni europee in Lussemburgo?
Se non sei un cittadino lussemburghese, ma un cittadino di uno stato membro dell’Unione europea, puoi iscriverti nell’elenco degli elettori del tuo comune di residenza.Puoi farlo in due modi fino al 28 febbraio alle 17.
1) Tramite internet sul sito jepeuxvoter.lu o
2) presso il municipio del tuo comune
Approfitta di questa opportunità e rivendica i tuoi diritti civili nell’interesse dell’Europa il 26 maggio.

Link: https://jepeuxvoter.public.lu/fr.html

EU-Bierger?

Dann schreiw dech an bis den 28. Februar 17H00 op:

echkawielen.lu

jepeuxvoter.lu

ichkannwaehlen.lu

icanvote.lu

eupossovotar.lu

category: , , ,

Eis 6 Kandidaten fir d’Europawahlen de 26. Mee 2019

February 6th, 2019 by Charles Goerens

article picture

Eng staark a kompetent Ekipp!

Charles Goerens (Spëtzekandidat), Monica Semedo (Spëtzekandidatin), Simone Beissel, Anne Daems, Gusty Graas a Loris Meyer.

Mei Informatiounen zu eise Kandidaten:

Presentatioun Kandidaten Europawahlen 2019

 

Eng staark a kompetent Ekipp!

category: , ,

Présidentielle

May 8th, 2017 by Charles Goerens

article picture

RTL Radio, 08/05/2017

Lauschtert hei en Interview mat mir iwwer d’Franséich Wahlen op RTL Radio!

Lauschtert hei en Interview mat mir iwwer d’Franséich Wahlen op RTL Radio!

category: ,

Afrika Europa

April 4th, 2017 by Charles Goerens

article picture

04/04/2017

Kuckt Iech d’Emissioun hei un!

 

 

Afrika Europa: L’émergence des acteurs économiques de l’Afrique de demain.

category: ,

Independent Article

February 4th, 2017 by Charles Goerens

article picture

04/02/2017

Read the full article here.

 

 

Photo (c) Getty Images

Associate citizenship” remains a “realistic” ambition and Brussels should make it available to UK nationals even if the British Government vetoes the plan during negotiations, Charles Goerens said.

category:

Celebrating Luxembourg

January 31st, 2017 by Charles Goerens

article picture

31.01.2017

Liest de ganzen Interview hei!

 

 

Logo (c) Maison Moderne

Maison Moderne a choisi de placer l’année 2017 sous le signe de Celebrating Luxembourg pour mettre en lumière celles et ceux qui contribuent au rayonnement du pays à l’étranger. La série se poursuit aujourd’hui avec Charles Goerens, député européen.

category:

Communiqué de Presse

January 17th, 2017 by Charles Goerens

article picture

17.01.2017

La présente élection du Président du PE aurait dû être un sursaut. Il est rare, en effet, de voir tous les objectifs braqués sur le PE. On était donc en droit de s’attendre à un message fort, porteur d’avenir et susceptible de sortir l’Europe de sa polycrise.
Schulz avait l’étoffe d’un Président capable de représenter l’institution à l’extérieur et de réussir sa cohésion à l’intérieur. A vrai dire, il n’a pas été vraiment remplacé.
Aussi la seconde moitié de la présente législature commence-t-elle avec un handicap supplémentaire, celui de l’absence d’une majorité suffisamment solide pour s’engager dans un esprit de solidarité face aux trois crises qui défient l’UE: la problématique de l’immigration, celle liée au Brexit, sans parler du chantier institutionnel que devraient ouvrir les Etats membres en vue d’améliorer le fonctionnement de l’UE.
Il faut espérer que les forces politiques responsables au Parlement européen seront tout de même en mesure d’unir leurs efforts pour donner une réponse européenne à ces grands défis.
A cette fin, il importe de viser une coopération étroite entre le Parti Populaire Européen, les Socialistes & Démocrates, les Libéraux et les Verts.
Comme le Président Tajani a annoncé vouloir être un président neutre, il faut espérer que les Présidents des quatre groupes précités seront à même de s’organiser en vue de forger une majorité susceptible d’avancer sur les grands dossiers.

 

Photo (c) Getty Images

La présente élection du Président du PE aurait dû être un sursaut. Il est rare, en effet, de voir tous les objectifs braqués sur le PE. On était donc en droit de s’attendre à un message fort, porteur d’avenir et susceptible de sortir l’Europe de sa polycrise.

category:

Interview Luxemburger Wort

January 3rd, 2017 by Charles Goerens

article picture

03.01.2017

Liest de ganzen Interview hei.

Wir müssen den Euroraum als ein Ganzes sehen. Ein Wirtschaftsraum also, und nicht lediglich ein Währungsensemble ohne die politischen Verstrickungen, die eine solche Union eigentlich mit sich bringt. Die Regierungen des Euroraums haben zwar versucht Instrumente zu erfinden die greifen wenn das Haus brennt. Langfristig helfen diese aber kaum. Die aktuelle Lage kann man zusammenfassen mit „Too little, too late“.

 

 

category:

Pressekonferenz iwwer Brexit

November 21st, 2016 by Charles Goerens

article picture

21.11.2016, Lëtzebuerg

Wéi geet et weider am Dossier Brexit?

Gëtt et Méiglechkeeten de britesche Bierger ze hëlfen no bei der EU ze bleiwen?

D’EU associate citizenship as eng Piste fir z’exploréieren.

 

Kuckt di ganz Pressekonferenz hei.

Wéi geet et weider am Dossier Brexit?

Gëtt et Méiglechkeeten de britesche Bierger ze hëlfen no bei der EU ze bleiwen?

D’EU associate citizenship as eng Piste fir z’exploréieren.

category:

Wirtschaftsofkommen EU-Afrika: De Risiko vum Ongläichgewiicht

October 20th, 2016 by Charles Goerens

article picture

Radio 100,7

Lauschtert hei e Bäitrag vum Christiane Kleer um Radio 100,7 iwwer d’Wirtschaftsofkommes EU-Afrika.

 

Photo (c) Bigstock

“Mir hu mat engem Ongläichgewiicht vun de Kräften, der Produktivitéit, vun der Rentabilitéit, vun der Kompétitivitéit ze dinn.”

category:

Ein drittes Mandat für Martin Schulz?

October 8th, 2016 by Charles Goerens

article picture

Luxemburger Wort

Personaldiskussionen sind meist schwierig und finden in der Regel zu Beginn einer Legislaturperiode statt. Hat man sich erst einmal auf die Nominierung des Spitzenpersonals geeinigt, kehrt schnell wieder Besonnenheit ein und die Arbeit kann beginnen.

Auch die EU ist hier keine Ausnahme, wobei es aber zwei Besonderheiten hervorzuheben gilt. Während der Präsident der Europäischen Kommission nämlich für eine Dauer von fünf Jahren bestimmt wird, werden sowohl dem Präsidenten des Europäischen Rates, als auch dem Parlamentspräsidenten lediglich Mandate von jeweils zweieinhalb Jahren eingeräumt. Sind Donald Tusk und Martin Schulz nach diesem Zeitraum jedoch noch nicht amtsmüde, müssen sie sich einer Wiederwahl stellen.

In der ersten Januarwoche 2017 erhalten wir Klarheit darüber, ob beide sich der Herausforderung noch einmal stellen möchten und gegen wen sie antreten müssen.

Wird der neue gleichzeitig der alte Amtsinhaber sein? Und was spricht eigentlich gegen eine erneute Kandidatur von Martin Schulz?

 

Die übliche Antwort auf die letzte Frage geht aus einer ungeschriebenen Vereinbarung zwischen den politischen Gruppierungen hervor, der zufolge ein Amtsinhaber sich auf eine einzige Mandatsdauer beschränkt. Simone Veil, Piet Dankert, Lord Plumb, Nicole Fontaine, Hans-Gert Pöttering oder Pat Cox, um nur einige frühere Parlamentspräsidenten zu nennen, haben sich alle, ohne Ausnahme, mit dieser Regelung abgefunden. Nach den letzten Europawahlen wurde diese Vereinbarung dann aber erstmals nicht berücksichtigt.

Juncker leitet eine Kommission, die politischer ist als ihre Vorgänger und die dadurch an Legitimität und an Bedeutung gewonnen hat.

 

Auch im Europäischen Parlament weht ein neuer Wind. Dies ist zu einem großen Teil dem Präsidenten Martin Schulz zuzurechnen, der diesen Prozess mitinitiiert hat. Er versteht es, wie kaum einer vor ihm, durch sein politisches Talent und seine dezidierte Art aufzutreten die Bedeutung des Parlamentes nach außen zu  tragen. Das Parlament hat unter ihm an öffentlicher Wahrnehmung gewonnen. Es gibt kaum ein europäisches Ereignis, bei dem nicht der Name Martin Schulz fällt. So steht sein Name neben dem der vier anderen Vorsitzenden der Europäischen Institutionen unter dem „Bericht der fünf Präsidenten“. In besagtem Dokument werden alle Maßnahmen aufgelistet, die aufgebracht werden müssen, um eine politische Union zu schaffen, die sich verpflichtet fühlt dem Bürger zuzuhören, ihn zu verstehen und ihm Lösungen anzubieten.

 

Unter den „Big Five“  ist er sicherlich nicht der Unbedeutendste. Wir erinnern uns daran, wie er am 12. Oktober 2012 in Stockholm zusammen mit José Manuel Barroso und Herman Van Rompuy den Friedensnobelpreis an die EU entgegennahm. Auch bei den Gipfeltreffen der Staats- und Regierungschefs der 28 Mitgliedstaaten geht sein Mitwirken weit über eine Pflichtkür bei der Aufnahme des Gruppenbildes hinaus. Seine ihm eigene Art aufzutreten um den Standpunkt des Europäischen Parlamentes den Regierungsvertretern zu verdeutlichen wird in seinen unzähligen Stellungnahmen dokumentiert. Und auch in den Medien wird er weit über den deutschsprachigen Raum hinaus wahrgenommen. Seine Mehrsprachigkeit mag sich dabei auf jeden Fall als hilfreich erweisen, aber auch seine Persönlichkeit tut ihr Übriges dazu.

 

Europa hat derzeit mehrere Krisen zu bewältigen, wobei der Austritt Großbritanniens ohne Zweifel am heftigsten am europäischen Gerüst rüttelt. Wie und wann das Vereinigte Königreich sich endgültig aus der EU zurückzieht vermag zu diesem Zeitpunkt zwar noch niemand zu sagen. Dass aber die 27 Mitgliedstaaten, die Kommission und das Parlament gut darin beraten wären in Bälde eine wirksame Strategie vorzulegen, die den Austritt Großbritanniens aus der EU und die Zeit danach gestalten sollen, ist unabdingbar.

 

Finden die Vertragspartner eine Einigung, liegt das letzte Wort beim Europäischen Parlament. Der Weg bis hin zu diesen Befugnissen war jedoch nicht einfach. Mit dieser Verantwortung gilt es aber nun auch gebührend umzugehen. Die Bürger nehmen die europäischen Institutionen in einem erheblichen Maße durch deren Hauptakteure wahr. Martin Schulz ist einer von ihnen. Er ist und bleibt ein waschechter Sozialdemokrat, was ihn aber nicht daran hindert, das Parlament als Ganzes zu vertreten.

 

Als Abgeordnete im Europäischen Parlament sind wir jedoch „keine Auserwählten, sondern Gewählte”, um es mit Willy Brandt zu halten. Unter den 561 Abgeordneten, die nicht zu seiner politischen Familie gehören, gibt es viele, die anerkennen, dass er ihr Parlament aufgewertet hat. Die Fähigkeiten dazu hat er. Diese kommen am ehesten zum Tragen, wenn ihm auch die dafür nötige Zeit eingeräumt wird. Wenn es Mitte Januar 2017 zur Wahl des Präsidenten des Europäischen Parlamentes kommt, sollten wir Martin Schulz ein drittes Mandat gewähren.

 

 

Personaldiskussionen sind meist schwierig und finden in der Regel zu Beginn einer Legislaturperiode statt. Hat man sich erst einmal auf die Nominierung des Spitzenpersonals geeinigt, kehrt schnell wieder Besonnenheit ein und die Arbeit kann beginnen.

category:

Euractiv Artikel iwwer de European Consensus on Development

October 4th, 2016 by Charles Goerens

article picture

04/10/2016

“For Luxembourgish MEP Charles Goerens (ALDE group) this undermines the very credibility of the EU’s aid policy.”

Liest de ganzen Artikel hei!

 

Photo (c) Euractiv

“For Luxembourgish MEP Charles Goerens (ALDE group) this undermines the very credibility of the EU’s aid policy.”

category:

#RiichtEraus um Radio 100,7

October 1st, 2016 by Charles Goerens

article picture

01/10/2016

Zesumme mam Kooperatiounsminister Romain Schneider a mam Präsident vum Cercle de Coopération war ech Invité beim #RiichtEraus um Radio 100,7.

Et goung ëm Entwécklungshëllef a Kooperatiounspolitik.

 

Lauschtert déi ganz Emissioun hei!

 

Photo ( c) Radio 100,7

Zesumme mam Kooperatiounsminister Romain Schneider a mam Präsident vum Cercle de Coopération war ech Invité beim #RiichtEraus um Radio 100,7.

Et goung ëm Entwécklungshëllef a Kooperatiounspolitik.

category:

Kloertext am Journal

September 26th, 2016 by Charles Goerens

article picture

“Die Großen müssen mit gutem Beispiel vorangehen”

“Die Großen müssen mit gutem Beispiel vorangehen”

Die Vereinten Nationen haben den 26. September zum Tag für die vollständige Eliminierung aller Atomwaffen auserkoren. Die vollständige Abrüstung von Nuklearsprengköpfen war bereits 1946 Gegenstand des allerersten Entschlusses der UN. Über die Jahrzehnte wurden ständig neue Abrüstungsabkommen getroffen. Allerdings gibt es immer noch rund 16.000 Nuklearsprengköpfe weltweit und die Doktrin der Abschreckung durch Atomarsenale wird weiterhin gepflegt, wie man etwa am Beispiel Nordkorea erkennen kann. Der DP-Europaabgeordnete Charles Goerens hat vor knapp zehn Jahren einen Bericht für die Westeuropäische Union über die Fortschritte der atomaren Abrüstung und der Nicht-Weiterverbreitung von Nuklearwaffen verfasst. Seither, bedauert er, habe sich recht wenig geändert.
“Es ist eindeutig, dass Nordkorea, das vor einigen Tagen erneut einen Atomwaffentest durchgeführt hat, gegen die internationalen Abkommen für den Stopp solcher Tests und die Nicht-Weiterverbreitung von nuklearen Waffen verstößt. Ich bedauere zutiefst, dass es selbst den “Freunden” Nordkoreas nicht gelungen ist, die Volksrepublik dazu zu bewegen, dem ein Ende zu setzen. Das Regime in Pjöngjang verteidigt die Tests stets als notwendige Reaktion auf die atomare Bedrohung, welche von den USA ausgeht.
Meiner Meinung nach muss alles getan werden, um Ihnen dieses Argument zu entziehen. Um dahin zu gelangen, müssten aber besonders die großen Atommächte ihre Abrüstung konsequent verfolgen. Dies ist jedoch ein Prozess, bei dem ich derzeit bedauerlicherweise keine Fortschritte erkennen kann, da es mit dem Vertrauen zwischen den großen Partnern und insbesondere zwischen Russland und den NATO-Mächten, unter anderem in Folge der Ukraine-Krise, nicht zum Besten steht. Die Abschreckung durch Atomwaffen ist wieder Teil der allgemeinen Drohkulisse geworden.
Genauso wichtig ist es, die Kontrolle der nuklearen Materialien zu verschärfen. Unklar bleibt, was geschieht, wenn es bei einer Nuklearmacht zu einer größeren politischen Krise kommt. Anfang der 1990er Jahre war dies zum Beispiel der Fall beim Zusammenbruch der Sowjetunion. Was damals aus den nuklearen Arsenalen entwendet wurde und was damit geschehen ist kann bis zu diesem Zeitpunkt noch niemand sagen. Es obliegt natürlich in erster Linie den Staaten für eine strikte Kontrolle zu sorgen. Darüber hinaus hat die internationale Gemeinschaft der Atomenergiebehörde eine weitreichende Kontrollfunktion zuerkannt. Die Wiener Behörde hat in der Vergangenheit ihre Arbeit getan. Die Politik jedoch hat sich zum Beispiel vor dem Irakkrieg über deren Erkenntnisse hinweggesetzt.
Der Kalte Krieg mag abgeschlossen sein, aber die atomare Abrüstung ist und bleibt eine der größten Herausforderungen der Menschheit. Ich mag mir nicht vorstellen, was passieren könnte, wenn auch nur ein Sprengkopf irgendwo in der Welt detonieren würde. Damit das Fernziel der völligen nuklearen Abrüstung eine Chance behält, muss die Diplomatie jedenfalls viel mehr unternehmen, um echte vertrauensbildende Maßnahmen zu schaffen.”
Zitat: „Damit das Fernziel der völligen nuklearen Abrüstung eine Chance behält, muss die Diplomatie jedenfalls viel mehr unternehmen, um echte vertrauensbildende Maßnahmen zu schaffen.”

Über die Jahrzehnte wurden ständig neue Abrüstungsabkommen getroffen. Allerdings gibt es immer noch rund 16.000 Nuklearsprengköpfe weltweit und die Doktrin der Abschreckung durch Atomarsenale wird weiterhin gepflegt, wie man etwa am Beispiel Nordkorea erkennen kann

category: ,

Mon article au sujet du référendum dans le “Luxemburger Wort” du 06.06.2015

June 6th, 2015 by Charles Goerens

Osons!
L’élément nouveau dans la crise de 2008, au – delà de son caractère brutal, c’est sa dimension globale: si aucun pays n’a été épargné, elle a frappé certains avec force. Si certains, comme l’Allemagne se sont relevés assez rapidement, d’autres comme la Grèce, l’Espagne et même la France continuent d’être secoués par les effets du séisme bancaire. Le rejet des élites, l’augmentation inquiétante du nombre de pauvres ne sont que des symptômes de sociétés menacées d’éclatement. D’autres, par contre, voient leur cohésion moins menacée.
A y regarder de près, ceux qui s’en sortent le mieux, sont ceux qui avaient, déjà dans un passé lointain, pris des dispositions pour prévenir la rupture ou la fracture sociale. Un système d’éducation performant, la recherche d’une justice sociale et fiscale, un dialogue social efficace se sont avérés être des piliers solides ayant permis de mieux résister aux chocs de la crise.
Si au Luxembourg nous nous en sommes plutôt bien sortis, c’est parce que notre pays a su développer à temps une approche basée sur la concertation mieux connue sous le nom de « modèle luxembourgeois ». Autrement dit, les efforts déployés dans les années 70 déjà, ont permis d’atténuer l’impact de la crise de 2008. Qu’allons-nous donc faire aujourd’hui pour atténuer, voire prévenir les crises pouvant éclater dans 20 ou 30 ans ? On le sait, le passé conditionne le présent, qui à son tour, impacte l’avenir. La capacité de résistance du Luxembourg à une possible crise économique de l’année 2035 sera le résultat, entre autres, de nos choix présents.

Ce qui vaut pour l’économique et le social, est vrai aussi pour le politique. Il n’est pas trop tôt, de ce point de vue, de procéder à une introspection de notre système politique qui a la caractéristique de confier l’élection des députés à un corps électoral en voie de devenir minoritaire dans son propre pays. Cela ne peut pas durer. Certes, par les temps qui courent, rien ne permet de conclure à l’imminence d’une rébellion issue des rangs des exclus du droit d’élire nos représentants à la chambre des députés.
Une intégration économique et sociale plutôt réussie des personnes qui sont venues vivre chez nous explique sans doute le peu d’empressement des résidents non luxembourgeois à revendiquer leur droit de vote pour les législatives.

Et si l’on décidait de ne pas se faire prier et d’offrir sous les conditions annoncées dans le cadre du référendum du 7 juin ce droit aux ressortissants dans le même esprit d’ouverture qui a permis d’introduire la citoyenneté européenne sans tergiversation ni crispation, mais avec la hauteur de vue qui a présidé à toutes les grandes ouvertures pratiquées par notre pays au cours de son histoire. Ce faisant, notre pays, loin d’être offert, serait un peu plus ouvert. Non seulement l’on ne perdrait rien mais avec une assise électorale plus large, correspondant mieux à la réalité luxembourgeoise, les décisions prises au plan politique gagneraient en légitimité! Quelle avancée dans un monde en manque de repères! Ce serait l’extension du modèle luxembourgeois au plan politique, plus ouvert, plus inclusif, plus représentatif. Que nous soyons en mesure de tenter cette grande ambition collective sans la moindre pression de la rue souligne non seulement la noblesse de cette démarche mais nous conforte également dans notre conviction d’avoir jusque-là plutôt bien réussi au plan de l’intégration, du moins pour ce qui est des dimensions économique et sociale.

A quelques jours de la consultation populaire, notre pays, n’est, certes, pas à feu et à sang. Un non au référendum du 7 juin pour le droit de vote des résidents, toutefois, signifierait toutefois un arrêt radical dudit projet d’ouverture démocratique. La question ne pourrait plus figurer à l’agenda politique pendant de longues années.

L’histoire nous a ouvert une fenêtre d’opportunité. A nous de décider dimanche prochain de ne pas la refermer. En répondant oui dimanche prochain, osons, au- delà des clivages et de la conjoncture politique actuelle, privilégier les choix qui permettront de pérenniser, en l’adaptant à la réalité, un contrat de société basé sur le respect, la reconnaissance et l’inclusion de tous les citoyens qui ont pris racine chez nous.

category:

Conférence de presse sur Ebola

October 20th, 2014 by Charles Goerens

http://tele.rtl.lu/emissiounen/de-journal/3022595.html

category:

Interview sur l’actualité européenne avec paperJam.lu

March 7th, 2014 by Charles Goerens

http://www.paperjam.lu/article/fr/goerens-le-transfert-de-competences-est-ineluctable

category:

2009-2014: des années utiles?

March 6th, 2014 by Charles Goerens

http://www.rtl.lu/international/europa/516402.html http://www.dp.lu/top_news.php?tn=207&tn_all=0&lang=1

category:

L’enjeu des élections européennes

February 23rd, 2014 by Charles Goerens

Les élections pour le Parlement européen de mai 2014 sont loin d’être gagnées. Je pense moins à la victoire de tel ou tel parti, mais plutôt à la perception du rôle de l’Union européenne par l’opinion publique. Allons-nous être en mesure de combler le fossé d’incompréhension qui continue de se creuser entre les Européens et l’Europe en mettant en exergue l’indispensable valeur ajoutée de celle-ci dans la recherche des réponses aux problèmes économiques, sociaux et politiques de notre époque? Le désarroi du citoyen est tel que la partie est loin d’être remportée par les défenseurs de l’idée européenne.
Déjà, le durcissement des positions des partis traditionnellement opposés à la poursuite du processus d’intégration augure d’une campagne électorale assez rude. Dopés par des sondages très favorables, les formations politiques ayant fait le pari de la désintégration de l’UE semblent avoir le vent en poupe, pour l’instant du moins. Mais que faire si l’euroscepticisme était tout sauf un phénomène purement conjoncturel?L’ampleur et avant tout la multiplication des manifestations d’hostilité au maintien de l’euro en particulier et de la poursuite du processus d’intégration en général, font penser à un mouvement en profondeur plutôt qu’à un phénomène passager.
C’est sur cette toile de fond que va se développer la campagne pour l’élection du prochain Parlement européen. L’enjeu de cette élection? La crédibilité des institutions européennes,la confiance du citoyen dans l’interaction entre l’Union et ses Etats membres ainsi que le contrôle démocratique du jeu politique.
Rétablir la confiance.
De Conseil européen en réunion de l’Eurogroupe, de déclaration de Herman van Rompuy aux commentaires de José Manuel Barroso, de déclarations unilatérales de Madame Merkel aux réactions souvent peu courtoises de ses collègues,le citoyen se trouve de plus en plus déboussolé. Sa lecture de la situation politique actuelle s’apparente à une devinette: on ne sait plus guère qui fait quoi, pourquoi, pour qui, quand et comment.

De mon point de vue, l’Histoire retiendra de la législature en cours, pour ce qui est de la gestion de l’eurocrise notamment, un chantier de réparation désorganisé, toujours menacé par le feu, où le Président de la Commission était absent, les dirigeants allemands au-dessus, les dirigeants français et autres en dessous, les parlements dehors, et un Président-pompier de la Banque Centrale Européenne toujours prêt à éteindre l’incendie. Les pyromanes rôdant toujours autour de la maison, c’est l’Histoire des années 2014-2019 qui nous apprendra si les architectes auront eu pour mission de finaliser des plans susceptibles de rendre la construction européenne plus résistante aux dangers tant extérieurs qu’intérieurs.
L’enjeu est politique.

Au-delà de l’euro, aussi, l’enjeu reste politique: le système décisionnel en général peine à regagner la confiance du citoyen. Le citoyen désorienté est à la recherche de repères depuis le début de la multicrise. Depuis 2008, les sans emploi, par exemple, ont beau se tourner vers les responsables politiques nationaux, les courbes du chômage dans nombre d’Etats ne cessent de monter. La réaction, si réaction il y a, se réduit souvent à un constat d’impuissance: mauvaise conjoncture internationale, faible productivité à l’origine de la désindustrialisation, manque de qualification des jeunes etc… Des Etats exsangues dont les moyens sont, cependant, de 40 fois supérieurs à ceux de l’Union européenne invoquent l’impact limité de leur action et se défaussent sur l’Europe qui,à son tour, déclare manquer et des compétences politiques nécessaires et des moyens budgétaires suffisants pour faire bouger les lignes. Ce dialogue de sourds arrive au mieux à faire cohabiter deux analyses partielles de nos difficultés actuelles sans arriver, toutefois, à regagner la confiance du citoyen. En fait, le débat va devoir aborder le fonctionnement de tout le système politique pour finir par se concentrer sur l’interaction des sphères européenne et nationales.
La ligne de démarcation dans le futur Parlement européen fera apparaître d’un côté les défenseurs de l’intégration européenne de type fédéraliste avec, dans leur sillage, des visionnaires, des chercheurs, des patriotes, des philosophes, des acteurs expérimentés, des rêveurs, des jusqu’au-boutistes et de l’autre les souverainistes -loin d’être tous des extrémistes- avec leur cortège de philosophes, de nostalgiques, d’eurosceptiques, de patriotes, de nationalistes et dans certains cas de xénophobes. Si les fédéralistes, auxquels les souverainistes attribuent, à tort, tous les déboires des dernières années, ne sont pas encore sûrs de gagner en 2014, l’Histoire nous a déjà permis de découvrir les limites du modèle souverainiste, l’avant-dernière fois en 1914. Le respect pérenne du principe de l’irréductibilité de la dignité humaine est le vrai enjeu de tout projet politique. De mon humble point de vue, le fédéralisme, en dépit de tous ses défauts, sert encore le mieux cette noble cause.

category:

Sur l’accord de libre-échange entre l’Union européenne et les Etats-Unis

February 3rd, 2014 by Charles Goerens

http://www.rtl.lu/international/europa/507519.html

category:

Priorité pour les produits issus du commerce équitable

January 31st, 2014 by Charles Goerens

http://www.rtl.lu/international/europa/506816.html

category:

Face aux conflits, trouver la bonne manière d’intervenir

January 29th, 2014 by Charles Goerens

http://www.paperjam.lu/article/fr/face-aux-conflits-trouver-la-bonne-maniere-d-intervenir?utm_source=twitterfeed&utm_medium=twitter

category:

Grèce: un pays en pleine crise aux commandes

January 15th, 2014 by Charles Goerens

La présidence grecque sera marquée par les élections européennes dont l’impact se fait déjà sentir au niveau du travail législatif qui tend à se ralentir en attendant la mise en place des nouvelles équipes dirigeantes de la Commission, du Conseil européen.
Toutefois, pour les autorités hellènes, la présidence de l’UE sera l’occasion de conférer à la Grèce l’image d’un acteur utile aux commandes de l’UE. On sait que, depuis le début de la crise, son image est fortement altérée, même si l’on ne peut plus ignorer les premiers signes de redressement.
Symbole de tous les dangers existentiels pour l’Europe et ses principaux acquis dont notamment l’euro au cours des dernières années, la présidence grecque a vocation à partager son expérience avec ses partenaires et à en tirer les leçons pour l’avenir. De ce point de vue, nous avons tous intérêt à revoir le fonctionnement actuel de l’UE et nous sommes en droit d’en savoir plus sur les initiatives qu’entend prendre la présidence dans le débat portant sur la gouvernance européenne.
Grèce: un pays en pleine crise aux commandes

Charles Goerens à propos du changement de présidence

La présidence grecque sera marquée par les élections européennes dont l’impact se fait déjà sentir au niveau du travail législatif qui tend à se ralentir en attendant la mise en place des nouvelles équipes dirigeantes de la Commission , du Conseil européen.
Toutefois, pour les autorités hellènes, la présidence de l’UE sera l’occasion de conférer à la Grèce l’image d’un acteur utile aux commandes de l’UE. On sait que, depuis le début de la crise, son image est fortement altérée, même si l’on ne peut plus ignorer les premiers signes de redressement.
Symbole de tous les dangers existentiels pour l’Europe et ses principaux acquis dont notamment l’euro au cours des dernières années, la présidence grecque a vocation à partager son expérience avec ses partenaires et à en tirer les leçons pour l’avenir. De ce point de vue, nous avons tous intérêt à revoir le fonctionnement actuel de l’UE et nous sommes en droit d’en savoir plus sur les initiatives qu’entend prendre la présidence dans le débat portant sur la gouvernance européenne.

category:

Nouvelles du Conseil: le bilan de la présidence sortante

January 14th, 2014 by Charles Goerens

http://www.dailymotion.com/CharlesGoerens#video=x19tvkh

Au terme du dernier semestre 2013, la présidence lithuanienne peut déclarer: mission accomplie. Deux résultats importants peuvent être mis à l’actif de cette présidence. L’Union bancaire et notamment l’accord sur le mécanisme de surveillance et de résolution bancaire d’abord. Ensuite, l’accord sur l’enveloppe budgétaire dont disposera l’UE pour la période 2014-2020, bien que fort critiqué par le PE, constitue néanmoins la fin d’une grande insécurité en matière de planification de l’action européenne et de sa mise en oeuvre. Reste à souligner l’incontestable talent dont ont fait preuve les autorités lithuaniennes dans les multiples missions de conciliation avec le Parlement européen.
Intervention de Madame Dalia Grybauskaité, Présidente de la Lithuanie: regarder la vidéo
Charles Goerens à propos du changement de présidence

Nouvelles du Conseil: le bilan de la présidence sortante

Au terme du dernier semestre 2013, la présidence lituanienne peut déclarer: mission accomplie.
Deux résultats importants peuvent être mis à l’actif de cette présidence. L’Union bancaire et notamment l’accord sur le mécanisme de surveillance et de résolution bancaire d’abord. Ensuite, l’accord sur l’enveloppe budgétaire dont disposera l’UE pour la période 2014-2020, bien que fort critiqué par le PE, constitue néanmoins la fin d’une grande insécurité en matière de planification de l’action européenne et de sa mise en œuvre.
Reste à souligner l’incontestable talent dont ont fait preuve les autorités lithuaniennes dans les multiples missions de conciliation avec le Parlement européen.

category:

Interview sur l’actualité européenne avec paperJam.lu

November 29th, 2013 by Charles Goerens

http://paperjam.lu/news/goerens-un-budget-insuffisant-au-vu-des-defis

category:

Sur les déclarations antisémites du leader du Jobbik, Márton Gyöngyösi

November 28th, 2012 by Charles Goerens

Nous jugeons inadmissibles les déclarations de Monsieur Márton Gyöngyösi, leader du troisième Parti de Hongrie, le Jobbik, sur les Juifs.
Se référant au conflit israélo-palestinien, il a déclaré lundi qu’il était « grand temps d’évaluer le nombre des membres d’origine juive du gouvernement ou du Parlement, qui représentent une certaine menace pour la sécurité nationale ».
Le fichage d’un groupe de personnes tel que demandé par le leader du Jobbik nous replonge dans l’une des phases les plus sombres du 20e siècle. Faut-il rappeler que l’Holocaust a été réalisé notamment en commençant par le fichage des Juifs auquel il faut ajouter la stigmatisation collective dont ont été victimes des Juifs de tous les pays européens, et plus particulièrement de la Hongrie? Voir se reproduire les comportements que l’on croyait bannis de la culture politique contemporaine devient terriblement inquiétant. Nous nous associons aux nombreuses déclarations condamnant les agissements inqualifiables de Monsieur Gyöngyösi.

category:

Signification de la victoire de Barack Obama pour l’Europe

November 7th, 2012 by Charles Goerens

Charles Goerens salue la victoire de Barack Obama. Ce dernier incarne les valeurs proches de celles que défend l’Union européenne. Il est regrettable cependant que l’Europe a été la grande absente dans la campagne électorale, tant du côté républicain que démocrate. Les défis, que sont la promotion de la paix et de la stabilité dans le monde, la lutte contre le changement climatique, le besoin de régulation intelligente dans le domaine financier, ou simplement les relations transatlantiques, font naître des attentes européennes vis-à-vis de Barack Obama. Plutôt que d’attendre le 20 janvier 2013, date d’assermentation du Président réélu, ou fin mai, les cent premiers jours de la nouvelle administration, il serait judicieux et impératif d’influer dès maintenant sur la définition des grandes priorités politiques des Etats-Unis pour les 4 prochaines années.
C’est pourquoi Herman Van Rompuy, José Manuel Barroso et Lady Ashton devraient, dès à présent, faire part des choix stratégiques de l’Union européenne à l’administration Barack Obama II afin que celle-ci puisse en tenir compte dans la précision de ses propres orientations fondamentales dans les domaines précités.
Le prochain Conseil européen des 22 et 23 novembre devrait constituer une vraie opportunité pour montrer que l’Union européenne ne soit condamnée à subir mais qu’elle se situe à la hauteur en essayant d’agir.

category:

Communiqué de Charles Goerens sur la signification de la victoire de Barack Obama pour l’Europe.

November 7th, 2012 by Charles Goerens

Charles Goerens salue la victoire de Barack Obama. Ce dernier incarne les valeurs proches de celles que défend l’Union européenne. Il est regrettable cependant que l’Europe a été la grande absente dans la campagne électorale, tant du côté républicain que démocrate. Les défis, que sont la promotion de la paix et de la stabilité dans le monde, la lutte contre le changement climatique, le besoin de régulation intelligente dans le domaine financier, ou simplement les relations transatlantiques, font naître des attentes européennes vis-à-vis de Barack Obama. Plutôt que d’attendre le 20 janvier 2013, date d’assermentation du Président réélu, ou fin mai, les cent premiers jours de la nouvelle administration, il serait judicieux et impératif d’influer dès maintenant sur la définition des grandes priorités politiques des Etats-Unis pour les 4 prochaines années.
C’est pourquoi Herman Van Rompuy, José Manuel Barroso et Lady Ashton devraient, dès à présent, faire part des choix stratégiques de l’Union européenne à l’administration Barack Obama II afin que celle-ci puisse en tenir compte dans la précision de ses propres orientations fondamentales dans les domaines précités.
Le prochain Conseil européen des 22 et 23 novembre devrait constituer une vraie opportunité pour montrer que l’Union européenne ne soit condamnée à subir mais qu’elle se situe à la hauteur en essayant d’agir.

category:

Au sujet du vote sur la nomination d’Yves Mersch

October 25th, 2012 by Charles Goerens

Prise de position de Charles Goerens à l’issue du vote sur la nomination d’Yves Mersch
Il eût été possible de concilier la nomination d’Yves Mersch et le respect du principe de non-discrimination des femmes.
Si cela ne s’est pas produit, c’est dû à l’attitude décevante du Président du Conseil européen dans ses deux prises de position dans le cadre de cette affaire. On était en droit d’attendre de lui une dose de pragmatisme.
Je me permets de renvoyer à ma proposition du 13.09.2012, publiée dans “Le Jeudi”, invitant les autorités compétentes à aller au delà des six membres du Directoire de la BCE et de considérer le pôle économique, financier et monétaire de l’UE dans son ensemble.
La sortie par le haut était devenue une perspective réelle.
Il aurait suffi de s’engager au niveau du Conseil européen à privilégier la nomination de femmes à des postes à haute responsabilité dans un tout proche avenir.
Avec ce compromis, personne n’aurait perdu la face et ce dans le respect des dispositions non-discriminatoires du Traité.

category:

Sur l’attribution du Prix Nobel de la Paix à l’Union européenne

October 12th, 2012 by Charles Goerens

Communiqué de presse à l’occasion de la décision d’accorder le Prix Nobel de la Paix à l’Union européenne
Décidément l’Union européenne, en se voyant accorder le Prix Nobel de la Paix, est meilleure que sa réputation. L’UE qui dans la perception publique est de plus en plus assimilée au déclin stratégique, à l’origine de la misère sociale, à l’accroissement de la dette souveraine, revient à l’honneur.
En mettant ainsi en évidence le bien-fondé de l’action de l’Union européenne, les responsables du Comité “Nobel” soulignent le rôle indispensable de celle-ci dans la pacification durable de notre continent.
Déjà très largement ignorée, cette évidence ainsi rappelée très solennellement, devient reconnaissance et exigence à la fois. La responsabilité de l’UE envers ses citoyens et le reste du monde va désormais être liée au prestige lui conféré par le Prix Nobel de la Paix.

category:

Sur l’échange de vues avec Lady Ashton

February 29th, 2012 by Charles Goerens

Intervention de Charles Goerens au sujet de l’échange de vue avec la Haute Représentante des Affaires extérieures et de la Politique de Sécurité de l’Union européenne et Vice-présidente de la Commission européenne, Catherine Ashton, en Commission de développement du Parlement européen.
(Bruxelles, le 29 février 2012)
Dans le cadre d’une intervention portant sur les deux premières années d’activités de la Haute Représentante des Affaires extérieures et de la Politique de Sécurité de l’Union européenne, Charles Goerens a vivement critiqué Lady Ashton d’avoir assisté passivement à l’affaiblissement du pôle de développement de l’Union européenne. En effet, la confusion règne à propos des compétences de la Commission en matière de définition de la politique de coopération de l’Union européenne. Ladite confusion est loin de renforcer la lisibilité de l’Action Extérieure de l’Union européenne dans ce domaine.
Par ailleurs, il a demandé à Lady Ashton de s’exprimer sur «l’extinction de voix du Conseil», malgré la présence de celui-ci à toutes les réunions de la Commission de Développement du Parlement européen depuis que Lady Ashton exerce ses nouvelles fonctions. Dans la réalité, le Conseil a cessé d’être un interlocuteur du Parlement européen.
Une meilleure coordination des 28 acteurs de développement institutionnels que sont les Etats membres et la Commission est impensable sans la participation effective du Conseil aux discussions publiques de la Commission de développement du Parlement européen.
De plus, les rencontres semestrielles de trois heures chacune au niveau des Ministres de développement ne sont plus à la hauteur des attentes légitimes de tout citoyen soucieux de voir les représentants des Etats membres s’investir dans le rapprochement de leurs priorités politiques auquel invite d’ailleurs le Traité.
Dans sa réponse, Lady Ashton s’est ralliée en partie aux critiques ainsi formulées en affirmant que le département du service d’action extérieure, dont elle porte la responsabilité, est toujours en chantier.
Quant à l’inertie du Conseil, elle a déclaré vouloir une participation plus active du Conseil des Ministres de développement aux travaux de la Commission de développement du Parlement européen.
Intervention de Charles Goerens au sujet de l’échange de vue avec la Haute Représentante des Affaires extérieures et de la Politique de Sécurité de l’Union européenne et Vice-présidente de la Commission européenne, Catherine Ashton, en Commission de développement du Parlement européen.
(Bruxelles, le 29 février 2012)
Dans le cadre d’une intervention portant sur les deux premières années d’activités de la Haute Représentante des Affaires extérieures et de la Politique de Sécurité de l’Union européenne, Charles Goerens a vivement critiqué Lady Ashton d’avoir assisté passivement à l’affaiblissement du pôle de développement de l’Union européenne. En effet, la confusion règne à propos des compétences de la Commission en matière de définition de la politique de coopération de l’Union européenne. Ladite confusion est loin de renforcer la lisibilité de l’Action Extérieure de l’Union européenne dans ce domaine.
Par ailleurs, il a demandé à Lady Ashton de s’exprimer sur «l’extinction de voix du Conseil», malgré la présence de celui-ci à toutes les réunions de la Commission de Développement du Parlement européen depuis que Lady Ashton exerce ses nouvelles fonctions. Dans la réalité, le Conseil a cessé d’être un interlocuteur du Parlement européen.
Une meilleure coordination des 28 acteurs de développement institutionnels que sont les Etats membres et la Commission est impensable sans la participation effective du Conseil aux discussions publiques de la Commission de développement du Parlement européen.
De plus, les rencontres semestrielles de trois heures chacune au niveau des Ministres de développement ne sont plus à la hauteur des attentes légitimes de tout citoyen soucieux de voir les représentants des Etats membres s’investir dans le rapprochement de leurs priorités politiques auquel invite d’ailleurs le Traité.
Dans sa réponse, Lady Ashton s’est ralliée en partie aux critiques ainsi formulées en affirmant que le département du service d’action extérieure, dont elle porte la responsabilité, est toujours en chantier.
Quant à l’inertie du Conseil, elle a déclaré vouloir une participation plus active du Conseil des Ministres de développement aux travaux de la Commission de développement du Parlement européen.

category:

Sur l’annonce du référendum grec

November 2nd, 2011 by Charles Goerens

L’espoir qu’a fait naître la conclusion du récent accord sur la dette souveraine grecque commence déjà à s’estomper. L’annonce du Premier ministre Papandreou de soumettre ledit accord à un référendum populaire pourrait se révéler être davantage une partie du problème qu’une partie de la solution.
Même si l’on peut comprendre la volonté du gouvernement grec d’en découdre avec le principal parti d’opposition – l’un des principaux responsables de la dégradation des finances publiques grecques au cours des dernières années – la procédure référendaire risque de prendre les allures d’une partie de roulette russe et pour la Grèce et pour la zone Euro.
Sans pouvoir connaître à ce stade l’issue de la consultation populaire, rien que l’annonce du référendum contribue déjà à raviver la spéculation sur des marchés qui auraient bien pu se passer de ces tensions inutiles. Il incombe aux responsables politiques de calmer le jeu plutôt que de souffler sur la braise.
Si l’on peut comprendre l’impatience du peuple grec qui n’en peut plus, il y a lieu de tenir compte aussi de l’opinion des autres Etats membres de la zone Euro dont les populations sont également exsangues. Tout doit d’ailleurs être fait pour redonner un nouveau souffle à l’économie grecque. Cet effort qui va s’inscrire dans la durée, les Grecs ne pourront l’assumer que dans la concertation et la solidarité avec leurs partenaires.
Pour qu’il n’y ait pas le moindre malentendu, le politique doit tenir les rênes. C’est le primat du politique qui doit s’affirmer et ce avant tout dans un Etat démocratique. Même si le référendum permet indiscutablement d’affirmer la volonté majoritaire d’un peuple, il n’est certes pas le seul moyen de son expression démocratique.
Dans les circonstances actuelles, le suivi des résultats obtenus péniblement lors du Sommet de l’Eurozone n’est pas exclusivement une affaire intérieure grecque. Il était donc urgent de renoncer à toute précipitation en la matière. Sans vouloir imposer quoi que ce soit à la Grèce, une consultation avec ses partenaires n’eût sans doute pas été inutile.
Communiqué de presse de Charles Goerens sur l’annonce du référendum grec. (Bruxelles, le 2 novembre 2011)

L’espoir qu’a fait naître la conclusion du récent accord sur la dette souveraine grecque commence déjà à s’estomper. L’annonce du Premier ministre Papandreou de soumettre ledit accord à un référendum populaire pourrait se révéler être davantage une partie du problème qu’une partie de la solution.

Même si l’on peut comprendre la volonté du gouvernement grec d’en découdre avec le principal parti d’opposition – l’un des principaux responsables de la dégradation des finances publiques grecques au cours des dernières années – la procédure référendaire risque de prendre les allures d’une partie de roulette russe et pour la Grèce et pour la zone Euro.

Sans pouvoir connaître à ce stade l’issue de la consultation populaire, rien que l’annonce du référendum contribue déjà à raviver la spéculation sur des marchés qui auraient bien pu se passer de ces tensions inutiles. Il incombe aux responsables politiques de calmer le jeu plutôt que de souffler sur la braise.

Si l’on peut comprendre l’impatience du peuple grec qui n’en peut plus, il y a lieu de tenir compte aussi de l’opinion des autres Etats membres de la zone Euro dont les populations sont également exsangues. Tout doit d’ailleurs être fait pour redonner un nouveau souffle à l’économie grecque. Cet effort qui va s’inscrire dans la durée, les Grecs ne pourront l’assumer que dans la concertation et la solidarité avec leurs partenaires.

Pour qu’il n’y ait pas le moindre malentendu, le politique doit tenir les rênes. C’est le primat du politique qui doit s’affirmer et ce avant tout dans un Etat démocratique. Même si le référendum permet indiscutablement d’affirmer la volonté majoritaire d’un peuple, il n’est certes pas le seul moyen de son expression démocratique.
Dans les circonstances actuelles, le suivi des résultats obtenus péniblement lors du Sommet de l’Eurozone n’est pas exclusivement une affaire intérieure grecque. Il était donc urgent de renoncer à toute précipitation en la matière. Sans vouloir imposer quoi que ce soit à la Grèce, une consultation avec ses partenaires n’eût sans doute pas été inutile.

category:

Communiqué de presse du 22.7.2011

July 22nd, 2011 by Charles Goerens

Un vrai leadership européen sans tarder!
Il y a lieu de saluer l’accord du Sommet des chefs d’Etat ou de gouvernement de la zone euro qui constitue, dans l’immédiat du moins, une issue favorable à la crise de la dette grecque, car il s’agit bien d’une crise de la dette plutôt que d’une crise de l’EURO. En effet, ce signal positif attendu depuis longtemps va permettre à la Grèce de se redresser d’une part, et de l’autre de prévenir l’effet domino tant redouté sur les autres Etats fortement endettés de la zone EURO.
Les décisions prises, cependant, constituent un pari sur l’avenir qui ne pourra être gagné durablement que si tous les acteurs politiques et économiques se conforment aux stipulations du Traité de Lisbonne ainsi qu’impératifs de maîtrise des dépenses publiques tel que défini par le Pacte de Stabilité et de Croissance de l’Union économique et monétaire.
L’accord du Conseil européen met fin à une longue période de tergiversation et d’indécision politiques dont la responsabilité incombe en premier lieu au recours abusif à la méthode intergouvernementale. La tentative de renationaliser des pans entiers de la politique européenne, quant à elle, est attribuable non seulement aux responsables politiques des certains grands Etats membres, dont notamment l’Allemagne, mais aussi en grande partie à la faiblesse de la Commission Barroso des sept dernières années. Les mêmes causes produisant les mêmes effets, il importe désormais de renforcer le « leadership » européen.

category:

Communiqué de presse du 24.6.2011

June 24th, 2011 by Charles Goerens

Communiqué de presse de Charles Goerens sur la décision du Conseil européen relative à l’adhésion de la Croatie à l’Union européenne
Le Conseil européen s’est prononcé aujourd’hui en faveur d’un élargissement rapide de l’Union européenne à la Croatie.
Le 1er janvier 2013, la Croatie pourra ainsi devenir le 28ème Etat membre de l’UE. Il y a lieu de saluer l’insistance du Conseil européen sur l’obligation du pays candidat de respecter strictement les critères d’adhésion et plus particulièrement ceux relatifs au respect des droits fondamentaux et des libertés publiques. Il serait souhaitable, par ailleurs, de faire en sorte qu’une fois membre de l’Union, le respect desdits droits et libertés fasse l’objet du même niveau de vigilance.
Les critiques dont la Hongrie vient de faire l’objet au cours des derniers mois révèlent un laxisme déplorable au niveau de l’UE au cas où un Etat membre s’écarte des valeurs qui nous distinguent par rapport au reste du monde.
La réaction trop molle de la Commission et des Etats membres à la nouvelle législation relative à la presse en Hongrie met à nu soit l’absence de volonté soit l’incapacité de l’Union de faire respecter les valeurs qui constituent le socle même de la construction européenne. Dès lors, il ne suffit pas de multiplier les efforts susceptibles de voir garantis les droits fondamentaux et les libertés publiques par la Croatie seulement jusqu’au moment de son adhésion à l’Union européenne. Cette obligation du respect des valeurs répond, en effet, à une exigence permanente: c’est pourquoi les 28, c’est-à-dire tous les Etats membres, sont tenus au respect de l’acquis en la matière avant, pendant et après l’adhésion à l’UE. Il est urgent que l’UE précise les moyens d’agir conformément à ses engagements et obligations.

category:

Dernière session de l’UEO

May 9th, 2011 by Charles Goerens

Communiqué de presse de Charles Goerens
Pas de déficit démocratique en matière de sécurité et de défense
A l’occasion de la dernière session de l’Union de L’Europe Occidentale -9 mai 2011
A l’occasion de la 60e et dernière session de l’Assemblée de l’Union de l’Europe Occidentale (UEO), Charles Goerens a été invité à s’adresser aux parlementaires ce lundi, 9 mai.
Dans le cadre d’un bilan très sommaire, il a retracé les acquis de la politique européenne de sécurité et de défense, dont notamment une manière originale de travailler dans un cadre interparlementaire.
Aussi l’observation satellitaire européenne ainsi que l’Institut européen de Sécurité doivent-ils leur existence en partie aux impulsions de l’Assemblée de l’UEO.
Par ailleurs, l’Assemblée a contribué de façon convaincante au développement d’un esprit de détente Est-Ouest qui a commencé à porter ses fruits dans les années 1980.
Quand au contrôle parlementaire de la politique européenne de sécurité et de défense, celui-ci va devoir être abordé avec une bonne dose de pragmatisme.
Tant le Parlement européen que les parlements nationaux sont habilités à débattre des questions de défense et de sécurité, ce qui n’enlève rien au fait que les Etats membres de l’Union européenne restent maîtres pour tout ce qui a trait aux dépenses militaires. Il en est de même de la programmation militaire ainsi que des décisions autorisant une armée à intervenir. Il est évident que, dans ce cas de figure, le Parlement européen et les parlements nationaux devraient s’entendre sur une manière de coopérer en vue de prévenir tout déficit démocratique dans un domaine aussi sensible que celui de la défense.

category:

Echange de vues avec le prince héritier Mohammed El Senussi

April 20th, 2011 by Charles Goerens

Communiqué de presse de Charles Goerens sur l’échange de vues avec le prince héritier Mohammed El Senussi (Bruxelles, le 20.4.2011)
Le prince héritier Mohammed El Senussi a été invité à participer à un échange de vues sur la situation actuelle en Libye en réponse à une invitation de Monsieur Nirj Deva, Membre britannique du Parlement européen.
S’exprimant en citoyen libyen, le prince El Senussi a exhorté la communauté internationale à accroître la pression sur l’actuel régime, seul moyen, selon lui, d’en venir à bout de la barbarie dont sont victimes les citoyens de la ville de Masrati notamment.
Dans le débat, Charles Goerens a soulevé la question de savoir si l’Union Africaine, les Nations-Unies, l’Union européenne et la Ligue arabe ont tout fait en vue de trouver une issue politique à la situation actuelle. Le prince El Senussi, sans vouloir l’exclure en principe, a réitéré ses doutes quant à la possibilité de convaincre Kadhafi par la voie du dialogue.

category:

Communiqué de presse de Charles Goerens sur l’échange de vue en Commission du développement avec Bill Gates

April 5th, 2011 by Charles Goerens

Bill Gates était présent aujourd’hui au Parlement européen et s’est entretenu e.a. avec les membres de la Commission du développement.
A la question de Charles Goerens sur l’APD (l’Aide Publique au Développement), Bill Gates a partagé le point de vue selon lequel le pays dont il est originaire fait piètre figure en la matière.

Le premier donateur privé du monde (B. Gates) est aussi d’accord avec Charles Goerens que le mécénat privé en matière de coopération au développement ne dispense pas les Etats industrialisés de leur propre responsabilité.

category:

Sur la situation en Libye

March 18th, 2011 by Charles Goerens

Communiqué de presse de Charles Goerens sur la situation en Libye
Après des semaines de tergiversations, le Conseil de sécurité des Nations Unies s’est enfin résolu à briser le mur de l’indifférence. L’occasion est ainsi donnée à une coalition de volontaires de mettre fin à la barbarie du Colonel Kadhafi et de prévenir, s’il n’est pas trop tard, la boucherie de Benghazi.
Le courage et la détermination de la France et du Royaume-Uni ainsi que de la Ligue arabe, entre autres, sont de nature à forcer le respect. J’ai cependant honte de voir l’Union européenne fuir sa responsabilité depuis des semaines, alors que les valeurs qui constituent le fondement même de la construction européenne sont bafouées de l’autre côté de la Méditerranée.
J’adresse mon message de sympathie aux deux représentants du Conseil national de transition libyen (Dr. Mahmoud Gebril Elwarfally et Dr. Ali Al-Issawi) que j’ai eu l’occasion de rencontrer à Strasbourg le 8 mars dernier. Leur description de la situation en Libye était pertinente et l’espoir de renouveau est désormais entre leurs mains.
Même si la décision du Conseil de Sécurité des Nations Unies intervient in extremis et aux forceps, la Communauté internationale a enfin retrouvé le bon chemin.
Espérons que la diplomatie européenne suit dorénavant le chemin ascendant et dépasse enfin le stade d’une diplomatie purement déclamatoire et rhétorique.

category:

Participation de Charles Goerens à la Conférence Internationale des Donateurs «Towards a new future for Haïti »

March 31st, 2010 by Charles Goerens

Le député européen Charles Goerens participe aujourd’hui (31 mars 2010) à la « Conférence internationale des donateurs “Towards a new future for Haïti” qui a lieu à New York.
Charles Goerens est membre de la délégation de l’Union européenne dont font également partie la Haute représentante de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, Baronnesse Ashton (qui préside la délégation de l’Union européenne) ; la commissaire à l’aide humanitaire Kristalina Georgieva ainsi que le commissaire au développement Andris Piebalgs.
Cette conférence au siège de l’ONU a pour but de définir l’aide internationale qui sera octroyée à Haïti pour sa reconstruction après le tremblement de terre survenu le 12 janvier 2010.

category:

Journée mondiale de la lutte contre la tuberculose le 24 mars

March 24th, 2010 by Charles Goerens

Communiqué de presse de Charles Goerens à l’occasion de journée mondiale de la lutte contre la tuberculose le 24 mars
À l’occasion de la journée mondiale de la lutte contre la tuberculose, la Commission va faire une déclaration au Parlement européen en date du 24 mars à Bruxelles. Elle réserve ainsi une suite favorable à l’initiative de Charles Goerens appuyé en cela par le groupe ALDE.
Il importe de rappeler en l’occurrence que la tuberculose, contrairement aux idées reçues, est loin d’être éradiquée. Bien au contraire la tuberculose est présente avant tout dans les pays en développement mais elle progresse aussi dans nombre de pays européens et notamment en Europe centrale et orientale. De plus, il y a lieu de s’inquiéter du développement de formes résistantes aux médicaments. Il importe dès lors de s’entendre à la fois sur une vraie stratégie de prévention d’un côté et d’un effort accru aussi en matière de recherche et du développement de nouveaux médicaments. De l’autre aussi faut-il insister sur la nécessité de l’accès des patients des pays en développement aux médicaments entre autres pour protéger les patients malades du VIH/SIDA.
La Commission est dès lors invitée à définir une stratégie de lutte contre la tuberculose intégrant l’ensemble des considérations précitées.

category:

Communiqué de Charles Goerens sur l’issue du référendum irlandais

October 2nd, 2009 by Charles Goerens

Communiqué de Charles Goerens sur l’issue du référendum irlandais
Avec l’issue favorable du référendum irlandais disparaît l’un des derniers obstacles à l’entrée en vigueur du Traité de Lisbonne.
S’il y a lieu de se réjouir du résultat positif, il ne faut pas oublier que le “oui” irlandais a été obtenu au prix de concessions assez discutables, notamment pour ce qui est de la disposition relative au maintien d’un membre irlandais dans la Commission européenne.
Aussi va-t-il falloir repenser la façon dont seront ratifiées les modifications futures du Traité si l’on veut éviter à l’avenir ce type de marchandage.
A cette fin, il serait judicieux de prévoir une durée très limitée (maximum une semaine) au cours de laquelle tous les Etats membres seraient obligés de faire ratifier les modifications ultérieures à apporter au Traité.
Il faut espérer que les autres Etats membres n’ayant pas encore terminé leur processus de ratification du Traité de Lisbonne (notamment la République tchèque) le fassent dans les plus brefs délais. Ceci permettrait d’adapter le fonctionnement des institutions européennes aux nouvelles dispositions institutionnelles prévues par le projet de Traité de Lisbonne.
La composition de la future Commission “Barroso II” devrait déjà en tenir compte en réservant un poste de vice-président dans la nouvelle Commission au “Haut représentant pour les affaires étrangères et la politique de sécurité” de l’Union européenne.
Le Parlement européen va être investi de pouvoirs élargis avec l’entrée en vigueur du Traité de Lisbonne. Le Parlement aura désormais le pouvoir de codécision dans la plupart des décisions législatives.
La Présidence du Conseil européen devrait être confiée à un Européen convaincu, fidèle au respect sans faille du principe de l’égalité statutaire de tous les Etats membres.
Je reste persuadé que le Premier Ministre luxembourgeois est la personnalité qui répond le mieux à ce profil.
Au plan national, la possibilité de recourir à des coopérations structurées, notamment dans le domaine de la défense, va exiger des réponses assez rapides. Le Luxembourg va devoir se prononcer assez rapidement sur le type de coopération qu’il est prêt à engager avec d’autres Etats membres.
Les attentes que va susciter l’entrée en vigueur du Traité de Lisbonne vont être jugées à l’aune des difficultés actuelles, résultant d’un contexte économique, financier, social et politique particulièrement dramatique.

category:

Charles Goerens image
 

Charles Goerens

Member of the European Parliament (Renew Europe)

Continue reading